Accédez directement au site compétition

Niger- Algérie : C’est la polémique

 

Le mystère est enfin levé sur la domiciliation du match retour de la 4e journée des éliminatoires entre le Niger et l’Algérie. En effet, hier on a appris que cette rencontre se déroulera à Niamey, la capitale du Niger.

 

La commission d’inspection de la CAF, qui s’est rendue au stade Général  Seyni-Kountché, a décidé de l’homologuer pour le reste des éliminatoires. Pour rappel, dans une déclaration exclusive de Jean-Michel Cavalli, le sélectionneur du Niger, accordée dimanche à Compétition, le coach français avait laissé entendre que la rencontre entre le Niger et l’Algérie se jouera soit à Niamey, soit au Bénin. Finalement, la CAF a tranché après la visite de la commission d’inspection et la décision de domicilier la rencontre à Niamey, a-t-on appris ce mardi. Par ailleurs, la Fédération algérienne de football a été destinataire d’une correspondance de la CAF lundi de la domiciliation du match à Niamey.

 

L’aller à Blida le 7 octobre : Le Niger refuse la date du 10

Selon les informations qui ont circulé ce mardi, la rencontre Niger-Algérie est programmée le 10 octobre. Or, la Fédération nigérienne refuse cette date, surtout après avoir appris que son homologue algérienne a fixé la date du match au 7 octobre à Blida. Par conséquent, pour notre futur adversaire, il n’aura pas assez de temps pour rallier Niamey, surtout que le match de Blida se déroulera en début de soirée le 7 octobre. D’où l’opposition de la Fédération du Niger de jouer le 10 octobre, d’autant que la sélection entraînée par Jean-Michel Cavalli ne se déplacera pas par vol spécial. Donc, pour rallier Niamey, le délai est considéré assez court ; il est possible que le match retour soit décalé au 11 octobre, rapporte-t-on.

 

Cavalli s’est réuni avec son président

Hier après-midi, Jean-Michel Cavalli a provoqué une réunion d’urgence avec le président de la Fédération nigérienne afin de trouver une solution au problème du chevauchement des dates. Evidemment, l’ancien sélectionneur de l’EN en 2007 refuse catégoriquement de recevoir l’Algérie le 10 octobre, vu la proximité avec la date du match aller programmé par la FAF le 7 octobre. Dans la journée d’hier, il y a eu certainement des échanges entre les différentes parties (FAF, FNF et CAF) pour trouver une solution qui ne léserait personne.

 

En diurne et à 14h, l’argument de l’absence d’éclairage

Par ailleurs, on a appris que la Fédération nigérienne aurait fixé le coup d’envoi de la rencontre à 14h en arguant que l’éclairage du stade Général Seyni-Kountché serait défaillant. Ce qui s’apparente à une ruse de notre futur adversaire qui cherche à faire jouer la rencontre en diurne et que l’effet de la chaleur suffocante éreintera nos joueurs, lesquels auront des difficultés à mieux gérer la rencontre. C’est apparemment le but recherché.

 

Un déplacement délicat

Se rendre en ces temps au Niger avec tous les problèmes sécuritaires qui secouent la région du Sahel est un déplacement délicat pour toutes les sélections, encore plus la nôtre qui devra bien le négocier, car, en même temps, le Burkina Faso, notre concurrent direct pour la première place synonyme de qualification aux barrages (dernier tour qualificatif au Mondial 2022), espère un échec de l’Algérie à Niamey pour prendre une option pour la qualification. Pour éviter un tel scénario, Djamel Belmadi et sa troupe devront sortir le grand jeu à Niamey pour rentrer à la maison avec la victoire.

 

 Des émissaires de la FAF la semaine prochaine à Niamey

Afin de mieux préparer le séjour de l’EN au Niger, des émissaires de la FAF se rendront à Niamey la semaine prochaine, a indiqué une source proche de Dely-Brahim. Il faut rappeler que pour les précédents séjours à l’étranger, notre instance n’a néglige aucun détail pour toujours mettre à l’aise la sélection nationale. Elle prend la précaution de régler tous les problèmes liés à l’organisation du séjour bien à l’avance. Pour celui de Niamey, qui n’offre pas toutes les conditions de confort, les émissaires dépêchés par la FAF auront du travail, doit-on imaginer.

 

C’est mieux que le Bénin

La décision de domicilier ce match à Niamey ne pénalise pas pour autant notre équipe nationale qui, sur le papier, a les moyens de battre le Niger. Il faut rappeler que sous l’ère Djamel Belmadi, c’est contre le Bénin que l’EN a concédé sa seule défaite le 16 octobre 2018. Par superstition, la non-domiciliation du match Niger- Algérie à Cotonou, du 10 octobre prochain, est un bon signe du destin.

  1. S.

 

 

Classement