Accédez directement au site compétition

Tunisie 0 - Algérie 2 : Les Verts rois de l’Afrique

C’est une équipe nationale qui donna des frissons à ses amoureux en sortant le grand jeu dans un derby, intelligemment, nos joueurs ont carrément bouclé le sort de la rencontre avant la demi-heure de jeu en balayant une sélection tunisienne qui n’a pas fait réellement le poids devant les champions d’Afrique.

 

Cinq jours après sa difficile victoire contre le Mali (1/0), notre équipe nationale a régalé en dominant outrageusement une sélection tunisienne très motivée pour estomper la série d’invincibilité de l’Algérie. Bien préparée sur tous les plans, l’EN après le rituel round d’observation qui ne dura en tout et pour tout qu’une petite dizaine de minutes, elle prit le taureau par les cornes, alors que Ramy Bensebaïni était légèrement en retard pour reprendre de la tête un coup franc bien botté par Ryad Mahrez (10’), les Tunisiens qui tentèrent d’exercer un pressing haut au coup d’envoi du match, commencent alors à reculer devant les coups de boutoir des Algériens.

Les caviars de Belaïli !

Ayant repris le rêne du jeu, les Algériens se montrent plus dangereux et les premières escarmouches seront fatales à nos voisins qui encaisseront deux buts et à chaque fois Youssef Belaïli y était impliqué, cela commence quand sur un centre au cordeau de Djamel Benlamri ou d’une géniale remise de la tête pour son complice Baghdad Bounedjah(18’) qui ne se fait pas prier pour reprendre victorieusement du pied droit l’offrande de l’attaquant du Qatar SC. Galvanisés par cet avantage, les Algériens vont exploiter les défaillances défensives des Rouge et Blanc, avec un Sofiane Feghouli en position avancée, qui pousse l’adversaire à commettre une erreur à l’approche de la surface, petite erreur grosse conséquence, puisque l’EN dispose d’une arme fatale dans cet exercice qui est le coup franc en la personne de Ryad Mahrez mais cette fois l’attaquant de Manchester City va bénéficier de l’aide précieuse de Belaïli pour visiter les filets tunisiens. En effet, feignant le tir, Belaïli glisse d’une petite talonnade le ballon à son capitaine (une combinaison sûrement travaillée à l’entraînement) afin de tromper le mur et cela a parfaitement bien marché, avec ce tir du gauche de Mahrez qui trouera les filets de Hassen (27’). Après ce second but, on enregistre un semblant de réaction de la part des Tunisiens qui réagiront vers la fin de la 1re période par le chevronné Wahib Khazri mais son tir cadré est capté sans difficulté par Raïs Mbolhi (41’). Après la pause, le sélectionneur tunisien procède à de nombreux changements mais l’E.N maintiendra sa domination, Youssef Belaïli qui tenait à marquer tente d’une frappe enveloppée de surprendre Hassen après un coup franc excentré à droite qui effleurera le cadre (52’), les Tunisiens réagiront par intermittence après comme sur ce tir puissant de Sliti dans un angle fermé qui poussera Mbolhi a détourné le ballon en corner. Optant pour les contres, les Verts ne réussiront pas à ajouter ce troisième but mais ils se contenteront vers la fin de gérer seulement leur acquis en s’assurant un succès logique et mérité.

 

                      M.S

Maârouf a tout fait pour sortir les Verts du match

Le gros point noir de cette soirée tunisoise a été le mauvais arbitrage de l’arbitre égyptien Mohamed Maârouf. D’ailleurs, dès l’entame du match, on déplorait côté algérien les décisions intempestives du referee égyptien.

Passifs avec les Tunisiens  

Cela commence par la faute commise avant le deuxième but sur Sofiane Feghouli  lequel en se présentant face au portier tunisien a été descendu, au lieu d’expulser Bronn, l’arbitre sort le jaune ce qui provoquera le courroux de nos joueurs qui se ruèrent sur lui pour qu’il revoie la sanction mais en vain, logiquement Bronn qui était le dernier défenseur devait être expulsé par l’arbitre égyptien se contentera d’un petit avertissement au grand dam des Algériens.

Classement