Accédez directement au site compétition

EN : Belaïli-Bounedjah, faites comme chez vous !

La partie qui opposera demain les Verts aux Aigles de Carthage, dans leur nid de Radès, sera l’occasion pour deux joueurs algériens de retrouver un pays qui leur a énormément porté chance et qui a boosté leur carrière. 

Youcef Belaïli et Bounedjah retrouvent un environnement qui ne leur est pas étranger. Si, pour Bounedjah, le passage remonte à de nombreuses années lorsqu’il s’est vite fait un nom du côté de la ville voisine de Sousse  au sein de l’ESS, grand rival des deux clubs tunisois le CA et l’EST, en revanche, pour Belaili, c’est carrément un retour dans son jardin fétiche. L’enfant d’Oran a vécu les plus beaux moments de sa carrière sous les couleurs de l’Espérance. Il a été entre autres double champion d’Afrique en sang et or, sans compter le nombre de titres locaux gagnés avec l’EST et même un titre personnel de meilleur joueur africain évoluant dans un championnat local, le tout en deux passages. Avec un rendement qui a fait de lui une grande star à Tunis, adulée de tout un public, des supporters tunisois se déplaçaient jusqu’à Oran pour prendre des photos avec lui ou avec sa famille. D’ailleurs, le départ du joueur en Arabie saoudite  a été mal vécu par eux. Son retour à Tunis à l’occasion de ce match constitue un grand événement. On a pu le mesurer à travers les commentaires des fans d’El ‘’Mkechkha’’ sur les réseaux sociaux. Des centaines de supporters risquent de se déplacer à l’hôtel des Verts juste pour le revoir. Ils savent pertinemment qu’il sera l’élément à surveiller de près dans le dispositif de Belmadi, peut-être même plus que notre Ryad national. 

Radès, le jardin de Youcef

De son côté, Bounedjah a laissé lui aussi son empreinte. D’ailleurs, malgré le passage de plusieurs Algériens à l’Etoile après son départ, aucun joueur n’a pu rééditer ses exploits. Aribi a réussi à marquer des buts, mais pas autant que le baroudeur du Sadd qui sera l’autre attraction de ce match, du moment que les gens de Sousse n’auront d’yeux que pour lui. Mondher Kebaier, le sélectionneur tunisien, connaît les deux joueurs parfaitement ; il sait qu’il s’agit de deux éléments-clés du dispositif de Belmadi. On a tous vu comment Belaili a allumé la mèche avec son entrée en 2e période face à la Mauritanie. En une demi-heure, il a changé le cours du jeu, avant d’offrir contre le Mali une passe décisive à Mahrez d’une manière spectaculaire. Les Tunisiens seront heureux de revoir le duo fouler à nouveau leur pelouse, un peu plus ceux de l’EST en revoyant leur ex-protégé revenir dans son jardin. Mais ça sera avec méfiance au vu du rendement du duo ces derniers mois et surtout la démonstration d’entente réussie contre la Mauritanie. Il reste à savoir s’ils vont en profiter et acter ce 27e match sans défaite par leur savoir-faire.

S. M. A.

Classement